Autonomisation des femmes et des jeunes

Autonomisation des femmes et des jeunes

L’action de l’UNCDF en matière de finance inclusive et de financement du développement local encourage l’égalité entre les sexes et contribue à l’autonomisation des femmes.

Le rapport entre amélioration de l’accès aux services financiers et autonomisation des femmes remonte aux débuts du mouvement du microcrédit dans les années 1970, époque à laquelle la plupart des prêts étaient accordés à des groupes de femmes. Aujourd’hui encore, la majorité de la clientèle des institutions de microfinance à travers le monde est féminine. Les femmes ayant accès à des services financiers ont davantage tendance à créer des entreprises, à planifier les événements de la vie (comme les mariages et les enterrements) et à faire face à des moments difficiles (comme la maladie soudaine d’un proche). On constate également des effets intergénérationnels positifs : les femmes ayant accès à des produits d’épargne et de crédit sont plus susceptibles de continuer à assurer la scolarisation de leurs enfants (garçons ou filles).

Depuis 2008, 65 % des clients des prestataires de services financiers soutenus par l’UNCDF sont des femmes, et tous les prestataires financés signent des accords de performance qui ont pour objectif clair d’atteindre la population féminine. L’action de l’UNCDF en matière de financement du développement local contribue également à l’autonomisation des femmes.

L’UNCDF applique par ailleurs sa démarche principale de financement du développement local afin de soutenir un développement durable, inclusif et équitable. Pour cela, l’organisation veille à ce que les projets dans ce domaine prennent en compte la dimension du genre et met au point des programmes mondiaux ou nationaux qui visent à faire évoluer la place des femmes dans la promotion de la réduction de la pauvreté par le biais du développement local. Les évaluations récentes de l’UNCDF ont toutes analysé les démarches en faveur de l’autonomisation des femmes effectuées dans le cadre des projets. Une stratégie plus vaste d’intégration et de suivi de la dimension du genre dans tous les travaux programmatiques de l’UNCDF a également été élaborée en 2012.

Indépendamment de leur situation socio-économique, démographique ou géographique, les jeunes font face à des difficultés ou des incertitudes variables lors de leur passage à l’âge adulte. Cependant, leur situation dans les pays en développement (où vivent près de 87 % des jeunes de la planète) s’avère extrêmement difficile à de nombreux égards, en particulier pour les adolescentes et les jeunes femmes. Les jeunes sont également davantage touchés par le chômage.

L’accessibilité au patrimoine financier et social est un facteur déterminant pour aider les jeunes à prendre leurs propres décisions économiques afin d’échapper à la pauvreté. En offrant aux jeunes des services financiers, que ce soit des organismes d’épargne fiables ou un prêt adapté pour créer une entreprise ou poursuivre leurs études, nous pouvons favoriser l’entreprenariat et l’acquisition d’actifs et privilégier ainsi des moyens de subsistance durables. La composante financière est d’autant plus efficace pour les jeunes lorsqu’elle s’accompagne d’une formation à l’entreprenariat et d’une éducation financière, mais aussi de possibilités de mentorat.

En tant qu’agence chef de file de l’inclusion financière, l’UNCDF a lancé en 2010, en partenariat avec The MasterCard Foundation, le programme YouthStart, d’un montant de USD 12,2 millions, destiné à améliorer l’accès des jeunes à faible revenu à des services financiers et non financiers.

Axé sur l’épargne, YouthStart est un programme basé sur les performances qui s’associe à des prestataires de services financiers pour expérimenter et déployer des services financiers et non financiers durables adaptés aux jeunes.

share this