Mandat et orientation

Mandat et orientation

Le mandat initialement confié à l’UNCDF par l’Assemblée générale des Nations Unies était d’« assister les pays en voie de développement dans le développement de leur économie, en complétant les ressources existantes en matière d’aide à l’équipement au moyen de dons et de prêts » (Résolution 2186 de l’Assemblée générale, 13 décembre 1966). Celui-ci a été modifié en 1973 afin de viser en priorité les pays les moins avancés (PMA).

Le mandat financier de l’UNCDF au sein du système des Nations Unies est unique. Il fournit des investissements et un soutien technique aussi bien au secteur public que privé. Par son aptitude à mobiliser des capitaux (sous forme de subventions, de prêts à des conditions avantageuses et de rehaussements de crédit) et à apporter l’expertise technique nécessaires à la préparation de portefeuilles de projets durables et solides d’infrastructure et de renforcement des capacités, son mandat constitue un complément des plus utiles à ceux des autres agences des Nations Unies. Il lui permet également d’investir en amont dans l’élimination des risques liés aux possibilités que pourront exploiter par la suite les partenaires financiers institutionnels, ou les organisations caritatives et les investisseurs du secteur privé, dont le nombre de cesse de croître.

L’UNCDF a prouvé sa capacité à rentabiliser véritablement les investissements et interventions limités qui présentent davantage de risques dans ses principaux domaines de compétence, à savoir la finance inclusive et le financement du développement local. Les programmes et projets pilotes ayant fait leurs preuves sont reproduits à grande échelle avec l’aide et le financement supplémentaire d’autres partenaires du développement, aux attributions différentes mais complémentaires.

L’UNCDF a également acquis une grande expérience dans le renforcement des capacités de financement des collectivités locales. Ces capacités sont ensuite étendues à l’échelle nationale par des partenaires du développement plus importants, tels que la Banque mondiale. L’organisation est aussi l’une des agences du développement les plus engagées dans la promotion de l’inclusion financière par le biais de son approche du développement des marchés. Des premières actions de soutien aux stratégies nationales de microfinance des années 1990, l’UNCDF a récemment renouvelé son approche du développement des marchés en élaborant un nouvel outil diagnostique et un cadre programmatique destinés à soutenir l’élaboration de stratégies nationales d’inclusion financière. Le cadre MAP (Making Access to Financial Inclusion Possible) fournit ainsi aux gouvernements des données détaillées sur la demande et l’accès aux produits financiers, grâce à une analyse des nouveaux facteurs d’inclusion financière du côté de l’offre (rôle de la technologie et des services de banque mobile, apparition de nouveaux circuits de distribution, numérisation des transferts sociaux) et une analyse du cadre politique général.

Il est également important de rappeler que l’UNCDF est la seule agence des Nations Unies à cibler en priorité les PMA. Ainsi, l’UNCDF soutient actuellement 37 des 48 pays les moins avancés par le biais de programmes pays, mais aussi régionaux et mondiaux. L’organisation collabore également avec six autres pays de l’hémisphère Sud.

  • L’action de l’UNCDF dans le domaine de la finance inclusive vise à élaborer des systèmes financiers inclusifs et à faire en sorte que divers produits financiers soient proposés à tous les segments de la société, à un prix raisonnable et de manière durable. L’organisation soutient des prestataires très divers (institutions de microfinance, banques, coopératives, sociétés de transfert de fonds) et des produits et services financiers diversifiés (épargne, crédit, assurance, paiements, transferts de fonds). L’UNCDF soutient également des circuits de diffusion plus récents (réseaux de téléphonie mobile, par exemple) qui offrent un formidable potentiel de développement.
  • L’action de l’UNCDF dans le domaine du financement du développement local a pour but de veiller à ce que les habitants de toutes les régions et de tous les milieux tirent profit de la croissance économique. Cela suppose de surmonter les difficultés locales propres, par exemple, aux zones périurbaines et aux régions rurales reculées. Cela demande également de réinvestir les ressources nationales dans les économies et les services locaux par le biais, notamment, de la décentralisation fiscale, du financement lié au climat et du financement de projets. Nos efforts portent sur le renforcement de la gestion des finances publiques et des recettes locales, sur l’amélioration de la qualité des investissements publics et privés et sur la promotion de l’innovation à l’échelle locale.

Le mandat initial de l’UNCDF (promouvoir le développement économique des pays les moins avancés) demeure particulièrement pertinent aujourd’hui. La croissance économique est nécessaire pour améliorer le niveau de vie, réduire la pauvreté et faire face à l’augmentation de la population mondiale. Cette croissance doit être durable tant sur le plan social qu’environnemental afin de profiter au mieux aux générations actuelles et futures.

share this